benjamin-brette

30 ans depuis une douzaine d’années, marié, 2 ados, un chat relou, plus de 1500 disques vinyle, une voiture hybride (pour le karma) et du mauvais cholestérol. Mon nombre préféré c’est 303, et pour la musique, il faut que ça fasse « boom boom boom boom » . Voilà en gros le décor.

Photographe de mariage depuis 2010, ce métier m’évite la corvée d’aspirateur et de supermarché du samedi.
Non, en vérité, c’est surtout le plus beau métier du monde. Quel photographe ne rêve pas de pouvoir faire du reportage en totale liberté et avec chaque semaine les plus beaux modèles ?

Photographe de mariage c’est avant tout écrire de belles histoires. Dans une époque où beaucoup de choses sont éphémères, et futiles, je suis content de contribuer un peu à créer du contenu à « haute valeur patrimoniale » , qui restera bien plus longtemps qu’un selfie. On va dire que c’est un peu mon côté mégalo ; ce n’est pas une trace dans l’Histoire (celle avec un grand H) qu’on laisse, mais des images qui ont du sens dans l’histoire de nos clients. Ça c’est pour le fond.

Et pour la forme, ce métier c’est la liberté totale. Il s’exerce sans règle, sans contrainte, simplement guidé par les rencontres, les lieux ou les lumières… En tous cas c’est ce que je veux croire, malgré les images d’Epinal qui ont parfois la peau dure. Car dans la tête de beaucoup de gens, la photographie de mariage a ses codes imposés. Codes qu’on peut tout à fait ne pas respecter. Pour chaque mariage c’est un départ la fleur au fusil avec l’ambition de me faire plaisir, de trouver du beau, du drôle, du décalé...
C’est cette façon de faire, à l’instinct, qui m’a donné la chance d’avoir été récompensé à de nombreuses reprises par les sites Fearless, ISPWP ou WPS. Ces 2 derniers m’ont même gentiment classé dans leur Top 10 l’année dernière.

Benjamin Brette

Menu